Archives du blog

Occupy ukrainian body, action contre la censure


Le 24 mars, l’action globale « occupy Ukrainian Body » a débuté à Rome. Les activistes d’ ESC en Italie, Occupy Geneva de Suisse, et de Political Critique de pologne, on mené un court rassemblement de protestation contre la censure devant l’ambassade d’Ukraine à Rome pour soutenir le « visual cultur research center » de Kyiv-Mohyla Academy et son exposition « Ukrainian body ». Tout deux ont été fermés par l’administration universitaire d’Ukraine.

Les militants ont fait appel au respect de la liberté d’expression dans l’art et la politique, et demandé que le centre puisse reprendre ses activités culturel et ré-ouvrir l’exposition injustement censurée.

Lire la suite

Klaus Schwab voulait rencontrer les indignés

Le directeur du WEF de Davos Klaus Schwab ne rencontrera pas le collectif Occupy-WEF à Davos. Vendredi, il a invité les contestataires à prendre part aux discussions du lendemain.

storybildLes opposants au WEF ont construit un village d’igloos à Davos. (photo: Keystone)

«Nous avons proposé un endroit neutre après l’invitation de M. Schwab, la place de la mairie, car nous ne pouvions accepter d’aller au centre des Congrès, où la majorité de la population est exclue», a précisé vendredi à l’ats un représentant d’Occupy WEF, Laurent Moeri. Ce dernier a ajouté que les anti-WEF étaient «ouverts au dialogue et que celui-ci devait être le plus large possible.

Lire la suite

Indignés: «Ça continue de déféquer dans les bosquets !»

Rémy Pagani continue d’être favorable à la présence des indignés aux Bastions, au grand dam de la droite.

Le chapiteau sous lequel a lieu les Assemblées Générales n'est pas menacé par Rémy Pagani.

Le chapiteau sous lequel a lieu les Assemblées Générales n’est pas menacé par Rémy Pagani.
Image: Melchior Oberson

Le Conseil administratif devrait prolonger l’autorisation d’occupation des indignés. Rémy Paganileur a rendu visite mardi soir pour s’entretenir avec eux. Selon lui, les exigences de la Ville sont respectées. «Il y avait trois conditions: qu’ils se regroupent autour de la statue, que le camp ne ressemble pas à un bidonville et qu’ils aient des buts collectifs.» Deux structures sont dans le collimateur du Conseil administratif. Situées à droite de la tente de l’Assemblée générale, une des deux sera supprimée et la seconde réaménagée. «Nous allons enlever les tentes qui ne sont pas très belles. Ensuite, nous décorerons celles qui restent», promet Toons, un membre des indignés.

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :