Archives de Catégorie: Les indignés : c’est qui ; c’est quoi ?

Déclaration de l’Assemblée Populaire des Indigné-e-s de Marseille

Nous, citoyens indignés de l’Assemblée Populaire de Marseille, cherchons à reprendre notre “place”, notre droit constitutionnel au sein de notre vie économique, sociale, culturelle …

Nous sommes des personnes ordinaires, des citoyens indignés qui œuvrons tous les jours pour vivre, donner un meilleur avenir à nos proches et un peu plus de sens à nos vies. Nous ne représentons aucun parti, aucun syndicat, aucune secte, aucune église. Nous sommes sans bannières. Nous n’avons que notre voix, notre cœur, notre désir de retisser les liens sociaux, notre pacifisme, notre non-violence, notre volonté d’être, notre Liberté.

Lire la suite

Le manifeste des indignés de Wall Street

Demande n°1 : Restauration du salaire minimum vital [living wage, à distinguer des basic needs, les besoins de base]. Cette demande ne peut être atteinte qu’en mettant fin au “Freetrade” [la liberté de circulation des marchandises], en réimposant des tarifs douaniers à tous les biens importés entrant sur le marché américain, pour égaliser les chances avec l’agriculture familiales et l’industrie nationale, étant donné que la plupart des nations qui déversent sur le marché américain des produits bon marché ont des avantages radicaux dans le domaine des salaires et des réglementations écologiques. Une autre politique devant être engagée est d’élever le salaire minimum à 20 dollars par heure.

Demande 2 : Instituer un système de soin universel [centralisé, sur le modèle de la sécurité sociale]. Pour cela, les assureurs privés doivent être bannis du marché des soins, étant donné que leur seul effet sur la santé des patients est de prendre l’argent des médecins, des infirmières et des hôpitaux, de les empêcher de faire leur travail, et de donner cet argent aux investisseurs de Wall Street.

Lire la suite

Le manifeste des indignés du Québec

Nous sommes étudiant(e)s, travailleur(se)s et chômeur(se)s. Nous sommes des parents, des jeunes et des gens à la retraite. Nous sommes de tous les métiers, de toutes nationalités et de toutes religions. NOUS SOMMES 99% DE L’HUMANITÉ !

Nous descendons dans les rues et prendre le contrôle des espaces publics du monde entier. De l’Amérique à l’Asie, de l’Afrique à l’Europe, nous nous mobilisons en ce moment même pour réclamer nos droits et exiger une vraie démocratie. Dans nos sociétés, le pouvoir décisionnel est entre les mains d’une élite gouvernante totalement insensible à la volonté de la majorité et complètement déconnectée de la réalité, s’enrichissant au prix de vies humaines et de la dégradation de notre environnement. Cette situation intolérable doit cesser. Unissons nos voix et nous leur ferons comprendre que nous ne sommes pas de vulgaires marchandises entre leurs mains. Descendrons dans la rue afin d’initier un changement mondial.

Lire la suite

Déclaration de souveraineté populaire

Nous, personnes du monde, réunis dans l’Assemblée Continentale de Bruxelles (octobre 2011), déclarons ce qui suit :

A plusieurs reprises à travers l’ Histoire Humaine, la société a été confrontée à la nécessité de changement, mais jamais, jusqu’ici, ce changement n’a été aussi impératif qu’aujourd’hui.
Notre société mondiale actuelle est insoutenable. L’exploitation vorace des ressources naturelles et des êtres humains ont créé de profondes inégalités de richesses, de libertés et d’opportunités pour les différentes populations de la planète.
Cela a créé des conflits et condamné une grande partie de l’humanité à la pauvreté et à la faim
Cela a pollué nos rivières, notre terre, nos mers, l’air jusqu’à l’espace et un dangereux changement climatique se dessine, tout ceci pour la commodité de quelques uns et pour le bénéfice d’un très petit nombre.
Nous accusons la culture de l’avarice.
Nous accusons l’économie du gâchis.
Nous accusons l’existence de frontières.
Nous accusons le système financier global, (et toutes les entreprises et institutions qui le facilitent et le soutiennent); d’être le responsable de la détérioration de notre planète et de la majorité des espèces qui l’habitent.
Nous l’accusons de mettre une hypothèque injuste sur la vie de nos enfants.
Nous l’accusons de mettre en péril la survie de l’espèce humaine.

Lire la suite

Manifeste des Indignés Français

Depuis le début de la crise financière en 2008, nos gouvernants ont décidé de mettre à genoux les peuples au lieu de faire payer les banques. Les démocraties européennes ont été séquestrées par les marchés financiers internationaux. Nous sommes pris à la gorge par les plans d’austérité qui se multiplient partout en Europe. Le chômage a explosé et plonge dans la précarité et la misère des millions de personnes. La crise touche tout le monde. En France, alors que les profits du CAC 40 ont doublé, le chômage des jeunes atteint 25 %. En Espagne, c’est 40 % des moins de 35 ans qui sont sans emploi.

Face à cela, le peuple espagnol s’est soulevé. Depuis le 15 Mai, ce sont des dizaines de milliers d’espagnols qui occupent les places jour et nuit. Le mouvement Democracia Real Ya ! (Une démocratie réelle maintenant !) s’organise autour de deux axes de revendications : régénération démocratique du système politique et défense d’une politique sociale. Il s’agit d’une véritable mobilisation citoyenne totalement indépendante et autogérée.

Lire la suite

Le manifeste des indignés italiens

Dans nos pas : l’avenir

Ils demanderont : pourquoi vous le faites, pourquoi avez-vous décidé de marcher, pourquoi tant de souffrance pour arriver à Rome ?
Pourquoi Falcone et Borsellino sont-ils morts ? Parce qu’ils croyaient en la légalité, exactement comme nous y croyons.
Pourquoi Pertini a-t-il combattu deux fois pour l’Italie ? Pas pour laisser un pays dans un tel état.
Nous marchons parce que si Les Mille ont fait l’Italie, peut-être qu’à 100.000 nous pouvons la reconstruire.
Nous marchons parce que nous avons un travail,
Nous marchons parce que nous n’avons pas de travail,
Nous marchons parce que nous voulons avoir encore une retraite.
Nous marchons pour que nos enfants puissent naître, grandir et regarder en face nos petits-enfants sans avoir à s’excuser pour un futur que nous leur avons volé.
Nous marchons parce qu’un Mouvement immobile n’a pas d’avenir, nous marchons parce qu’il ne peut y avoir ni Avenir ni Liberté si un Peuple n’est pas Uni par des Valeurs et des Idéaux communs et par un fidèle front Démocratique qui Unit ce pays du nord au sud.
Nous marchons parce que nous voulons un pays dans lequel personne ne fasse de la violence médiatique un instrument de contrôle et de répression,
Lire la suite

Manifeste des indignés espagnols : une vraie Démocratie maintenant !

Nous sommes des personnes normales et ordinaires. Nous sommes comme toi : des personnes qui se lèvent le matin pour étudier, pour travailler ou pour chercher du travail, des personnes qui ont une famille et des amis. Des personnes qui travaillent dur tous les jours pour vivre et permettre à ceux qui nous entourent d’avoir un meilleur futur.
Certains d’entre nous se considèrent progressistes, d’autres plus conservateurs. Certains sont croyants, d’autres non. Certains ont des idéologies bien définies, d’autres se considèrent apolitiques… Mais nous sommes tous préoccupés et indignés par le panorama politique, économique et social actuel ; par la corruption des politiques, des chefs d’entreprises, des banquiers… Par le manque de défense des citoyens normaux et ordinaires.
Cette situation nous blesse quotidiennement. Mais si nous nous unissons, nous pouvons la changer. Il est temps de bouger, de construire tous ensemble une société meilleure. Pour cela nous soutenons fermement ce qui suit :

  • Les priorités de toute société moderne doivent être l’égalité, le progrès, la solidarité, le libre accès à la culture, l’écologie durable et le développement, le bien être et le bonheur des personnes.
  • Des droits basiques existent et ils devraient être protégés dans ces sociétés : droit au logement, au travail, à la culture, à la santé, à l’éducation, à la participation politique, au libre développement personnel, et droit à la consommation des biens nécessaires à une vie saine et heureuse.
  • Le fonctionnement actuel de notre système économique et gouvernemental ne s’occupe pas de ces priorités et cela est un obstacle pour le progrès de l’humanité.
  • La démocratie appartient au peuple (demos = peuple ; cratie : gouvernement) le gouvernement doit alors être celui du peuple, mais dans ce pays la majeure partie de la classe politique ne nous écoute même pas. Sa fonction devrait être celle d’apporter notre voix jusqu’aux institutions, en facilitant la participation politique citoyenne la plus directe et en procurant le plus grand bénéfice à la majorité de la société. Sa fonction ne doit plus être celle de s’enrichir et de prospérer sur notre dos, en s’occupant uniquement du diktat des grands pouvoirs économiques et en s’occupant du pouvoir à travers une dictature de la particratie menée par les inamovibles sigles du PPSOE (contraction du PP parti populaire (droite) et PSOE parti socialiste ouvrier espagnol).
  • L’avidité et l’accumulation de pouvoir entre les mains de quelques uns génèrent inégalités, crispation et injustice, ce qui conduit à la violence, que nous rejetons. L’obsolète et antinaturel modèle économique en vigueur bloque le mécanisme social qui se consume lui-même en enrichissant quelques uns et en augmentant la pauvreté et l’indigence du reste. Jusqu’à la paralysie.
  • La volonté et l’objectif du système est l’accumulation de l’argent, en le faisant prévaloir sur l’éfficacité et le bien être de la société. Le système gaspille les ressources, en détruisant la planète, et en générant du chômage et des consommateurs frustrés.
  • Nous les citoyens, nous faisons parti de l’engrenage d’une machine destinée à enrichir une minorité qui ne connaît rien de nos besoins. Nous sommes anonymes, mais sans nous rien de cela n’existerait, puisque nous faisons bouger le monde.
  • Si comme société, nous apprenons à ne pas faire crédit de notre futur à une abstraite rentabilité économique qui ne tourne jamais à l’avantage de la majorité, nous pourrons éliminer les abus et les manques dont nous souffrons tous. Une Révolution Éthique est nécessaire. Nous avons placé l’argent au-dessus de l’Être Humain, et nous devons le mettre à notre service. Nous sommes des personnes, pas des produits du marché. Je ne suis pas seulement ce que j’achète, je dois savoir pourquoi je le fait et à qui je l’achète.

Pour tout ce qui a été écrit, je suis indigné.
Je crois que je peux le changer.
Je crois que je peux aider.
Je sais qu’unis nous pouvons le faire.
Viens avec nous. C’est dans ton droit.

Qu’est-ce que l’indignation ?

Définition

L’indignation peut se définir comme est une réaction émotionnelle face à un problème.

Qu’est-ce qu’un problème ? Un problème est un écart entre, d’une part, un but ou un idéal et, d’autre part, une situation de fait. Alors que le but est un comportement souhaité, le fait est un comportement observé.

Cependant, le constat d’un écart entre un idéal et une situation de fait, d’un problème donc, ne conduit pas à la même réaction émotionnelle. On observe en effet un spectre de réactions allant de l’étonnement, en passant par la colère et jusqu’à ressentir, au maximum, l’indignation.

Tout se passe comme s’ il existait des idéaux plus sensibles que d’autres, tel que l’idéal de justice. Ainsi, l’observation de faits s’écartant d’un « idéal sensible » provoquerait l’indignation, alors que s’il s’agissait d’un idéal moins sensible, la réaction aurait été limitée à la colère par exemple.

Conclusions

L’indignation est la plus grande réaction émotionnelle face à un problème.
Il n’y a pas de problème lorsque les faits répondent entièrement au but.
Il n’y a pas de problème lorsque aucun but n’est définit.
L’atteinte à un « idéal sensible » provoquerait une réaction émotionnelle plus grande (indignation) qu’une atteinte à un idéal moins sensible (colère).

Questions

Existe-t-il vraiment une distinction entre idéaux plus ou moins « sensibles » ?
Si oui, comment expliquer que certains idéaux sont plus sensibles que d’autres, provoquant ainsi une réaction émotionnelle plus grande, jusqu’à atteindre l’indignation ?

La partie du cerveau liée à l’empathie, qui pourrait être la source d’un l’idéal de justice, n’est-elle pas justement plus « sensible » que d’autre partie au sens où elle serait plus connectée, plus nerveuse (analogie avec certaines parties du corps humain plus sensibles que d’autres et dont l’atteinte provoque une réaction, une douleur, plus intense) ?

Il existerait des idéaux innés (idéal de justice) provoquant des réactions intenses en cas d’atteinte (l’indignation), et des idéaux acquis provocants des réactions moins intenses (la colère).

Aujourd’hui, quel est le but de l’Indigné(e) ?

L’Indigné, lorsque que quelqu’un d’extérieur au Mouvement lui demande pourquoi

  • Est-il indigné ?
  • Quel est son but ?
  • Quel est le but du Mouvement ?

Il peut répondre :

  • par son ressenti
  • par le but qu’il s’est défini lui même
  • par sa propre vision du but du Mouvement

Chaque Indigné n’exprimera pas la même version du but du Mouvement. Ces différentes versions ne font, selon certains, que le discréditer auprès de l’extérieur.

Il existe une contribution minimale de la définition du But du Mouvement. Ces réponses devraient être le plus petit dénominateur commun à tous les Indignés.

Elles devront avoir pris connaissance par tous les Indignés et leurs permettront de répondre d’une manière homogène à un élu, un homme politique, un journaliste, des passants, un groupe d’amis, etc….

Exemple : « En tant qu’Indigné(e) mon but est de….. »

Il ne s’agit pas de demander à l’Indigné de répondre par des phrases toutes faites, mais que sa réponse s’inspire de ces buts communs.

Pour la déclinaison locale, participez en vous servant des commentaires.

La charte française du mouvement des indigné(e)s

Les principes du mouvement

Seules les adhésions au mouvement à titre personnelles sont admises afin d’éviter toute récupération. Aucun représentant de quelque mouvement que se soit ne sera admis s’il se présente en tant que tel. S’il est là c’est en tant qu’individu, pas en tant que représentant, président, délégué, membre… de quelque organisation que ce soit. Nous encourageons les personnes appartenant à d’autres mouvements et organisations a nous rejoindre et à le faire savoir!

L’adhésion au mouvement n’est pas exclusive et l’appartenance ouverte et franche à un autre mouvement considéré comme compatible avec le mouvement est un droit qui ne peut être remis en question. Le mouvement se réserve le droit d’exclure ou de « faire comprendre que la porte c’est par là » à toute personne tentant de faire la pub d’un autre mouvement, une autre organisation par le biais du mouvement (nous ne sommes pas une réserve de membres voués à faire grossir les rangs d’autres mouvements ou organisations) ou tout membre de mouvement / organisation jugé incompatible par lui.

Il exclu de fait tout membre d’organisations antidémocratiques ou prônant une supériorité fondé sur la « race », la civilisation, la religion, la nationalité, le sexe, la pratique sexuelle et de manière générale tout membre d’organisation fondée sur le principe d’inégalité « souhaitable » entre êtres humains car ses thèses sont incompatible avec l’idée même de Démocratie qui est la base des revendications du mouvement.

Le mouvement ne reconnaît aucun chef (au pire des représentants) et entend fonctionner sur le mode le plus Démocratique possible, s’appliquant à lui même les revendications qu’il entend faire triompher partout ou cela sera possible.

Les moyens

  • Occupation des places de façon pacifique et à vocation de débat.
  • Réseaux sociaux, forums et de façon plus large l’Internet.
  • Propositions de sondages, de pétitions.
  • Organisation de manifestations festives à vocation de revendication et de débat.
  • Proposition d’adhésions à titre personnelle à des « personnalités ».
  • Soutien de manifestations répondant aux revendications du mouvement.
  • Interpellation des médias

Les propositions

Le mouvement entend préparer, expérimenter et contribuer à l’instauration de la réelle Démocratie, en proposant des moyens d’entamer le processus Démocratique (une constituante? Comment?), des pistes de systèmes institutionnels, sociaux et organisationnels, des textes fondateurs (chartes de droits et devoirs) et constitutions propres à enrichir l’ensemble des possibles et donc des choix du peuple et à lui ouvrir de nouveaux horizons lui permettant ainsi de prendre les décisions qui sont le plus en adéquation avec sa volonté et de tendre à la société à laquelle il aspire.

Pour la déclinaison locale, participez en vous servant des commentaires.

%d blogueurs aiment cette page :