Archives de Catégorie: Le mouvement en France

A Montpellier, les camps de l’esplanade sont menacés d’expulsion

Depuis le 12 mai, des camps se sont établis sur l’esplanade Charles de Gaulle.

Ces camps ont pour objectif d’informer les citoyens sur le système politique et financier actuel, et sa nocivité. Ils représentent une manifestation permanente contre les abus dont nous sommes victimes, et souhaitent proposer des alternatives.
Un camp s’est établi dans un platane, les personnes qui l’ont crée et le font vivre y déploient leur ingéniosité et leur créativité.
Ce camp suscite la sympathie des Montpelliérains depuis son installation. Pourtant depuis 5 semaines ils subissent une violente répression policière : coups, gazage aux lacrymogènes, vol et confiscation de matériel.
Un cran a encore été franchi dans la répression avec le gazage sans sommation d’une campeuse mercredi 20 juin au soir.

La Mairie de Montpellier, par voie de presse, a annoncé qu’elle entamait des poursuites judiciaires pour expulser le camp de l’arbre. Ceci en vue de l’ouverture des Estivales le vendredi 29.  Le motif invoqué pour expulser les campeurs est la « mise en danger d’eux même » , tout en précisant « qu’on ne peut pas les accuser de troubler l’ordre public » (Midi Libre du 19 juin 2012).

Si on ne peut pas accuser les campeurs de troubler l’ordre public, nous voyons mal en quoi leur présence pourrait perturber les dégustations lors des Estivales.
De plus nous pensons qu’un assaut des forces de l’ordre pour les déloger mettra ces personnes en bien plus grand danger que le simple fait d’habiter dans une cabane.

Aussi nous en  appelons à votre solidarité et votre soutien lors de la comparution des cabaniers au tribunal le mardi 26 juin à 15 h Tribunal de Grande Instance de Montpellier et les jours précedent les Estivales, c’est à dire les 27, 28, 29 juin , mobilisation citoyenne autour du camp de l’arbre pour s’opposer à son expulsion.
Publicités

Occupons le Vieux Port de Toulon

P1070595Avec une organisation en covoiturage à 3 véhicules entre Toulon et le vieux port, nous arrivâmes vers 13h au rassemblement. Le train a été une option plus judicieuse pour d’autres.

Sur place, plusieurs mouvements sont présents : les indignés de Marseille, Aix, Avignon, Arles, Toulon, et des Anonymous.

On installe nos banderoles, on discute un peu avec les locaux et les passants. Pour être honnête on s’attendait à une mobilisation plus importante, surtout quand on voit ce qui se passe en même temps à Madrid, Valence, ou Athènes.

A Paris les indignés ont étaient rapidement mis sous silence par les « forces » de l’ordre.
A Marseille, de mémoire il n’y a pas eu une seule visite d’un quelconque képi… Que faut-il en conclure ?

Lire la suite

Appel des Indignés du Paf

Nous,
Lecteurs, auditeurs, téléspectateurs, internautes…
Journalistes, producteurs, réalisateurs…
Tous citoyens,

constatant les dérives et la dégradation de la qualité de l’information en France,
considérant que l’information est une clé pour le bon fonctionnement de la démocratie,

souhaitons être acteurs à part entière du secteur, avec les professionnels, les instances de régulation et les pouvoirs publics ;

Afin de trouver les moyens d’améliorer la qualité de l’information en France et de rétablir la confiance entre le public et les médias, nous avons organisé des tables rondes dans une quinzaine de villes en France.

Lire la suite

Journée d’actions organisée par les Indignés de Saint-Brieuc le 31 Mars 2012

Rassemblements des Indignés du 21 avril à Paris : sur ce qui c’est passé à la fin

La vérité était que la manif était déclarer pour arriver au trocadéro avec possibilité de rester jusqu’à 23h, alors que les organisateurs avaient le secret (de polichinelle) espoir d’établir un campement au champ de mars sous la tour Effeil.
Le secret a été mal gardé puisque une 10aine de bus de CRS nous attendais sous la Tour et a peine arrivé ont commencé à nous encercler ne laissant personne sortir de la manif à part en direction du trocadéro. Nous avons alors établit un sitting … pas trop rassurés sur quels sauces on allé être mangé …
Nous avons décidé de nous rendre comme convenu au trocadéro pour y tenir une assemblée générale (voire populaire), mais la une 10aine de car d’autres CRS nous attendaient, les CRS perchés comme des vautours sur les murs surplombants le bassin du trocadéro nous avons été pris au piège.
Plus moyens de sortir, qq personnes un peu anxieuses et claustrophobes (et je peux vous dire, nous l’étions tous un peu à ce moment) ont cherché à sortir mais aucune personne n’a pu sortir … il était environ 19h30
Nous avons donc été maintenus enfermés dehors pour certains jusqu’à minuit …
Lire la suite

Des « indignés » s’invitent aux voeux de la CAF

La Caisse d’allocations familiales du Nord présentait hier ses premiers voeux à la presse en tant qu’entité unique sur le département. Bilan positif de la fusion des 8 ex-caisses et perspectives ambitieuses ont été perturbés par un Collectif.

Ambiance légèrement agitée, hier matin, avant la conférence de la CAF du Nord. Sept membres du « Collectif de chômeurSEs et précaires de Lille » avaient décidé de « présenter leurs voeux à la CAF » avant que celle-ci le fasse aux journalistes sous forme de « bilan 2011, perspectives 2012 »… Une des raisons de la présence des autoproclamés indignés était d’interpeller le directeur de la CAF, dont la mission principale est « la gestion du RSA », sur « le flicage des allocataires, désignés comme des parasites ».
« Essayez de vivre avec 470 euros par mois », a lancé un des membres du collectif avant d’accepter de quitter la salle, sans pour autant répondre à l’invitation dudit directeur, Daniel Forafo, à un futur rendez-vous « explicatif ». L’action du Collectif a reçu le soutien a posteriori du parti Europe-Écologie Les Verts de Lille, qui en profite pour, lui aussi, dénoncer « le discours du gouvernement consistant à stigmatiser les plus pauvres et les plus précaires à travers le prisme de la lutte contre la fraude ».

Lire la suite

Les indignés 32 à Pôle emploi

La mise à mal des droits du travail n'est plus supportable sont venus dire les indignés à Pôle emploi./ Photo DDM, Sébastien Lapeyrère.
La mise à mal des droits du travail n’est plus supportable sont venus dire les indignés à Pôle emploi./ Photo DDM, Sébastien Lapeyrère.

C’est « la politique de démolition de la protection sociale » que Les indignés gersois ont mise, hier, à l’index, en manifestant devant les locaux de Pôle emploi, à Auch.

« Combien de chômeurs en plus dans le Gers ? Aujourd’hui, ce n’est même plus ce chiffre qui nous importe. Ce qui est devenu insupportable, c’est la façon avec laquelle on nous oblige à prendre des emplois, mal rémunérés, et dans des conditions qui ne sont pas légales. Que ce soit dans le secteur des associations, de l’aide aux personnes, de l’agroalimentaire… ça se passe au mépris des droits du travail. Si nous refusons ces conditions nous sommes radiés. On nous demande d’aller travailler comme en 1900 » déclarait, hier matin, une « indignée » gersoise. Résumant ainsi l’exaspération d’une trentaine de personnes, appartenant à AC 32 et au mouvement Les indignés du Gers. Dans le cadre d’une action nationale, ils étaient rassemblés devant l’entrée de Pôle emploi, rue Racine, à Auch.

Lire la suite

Indignés : quand les CRS s’invitent aux réjouissances

À l’heure actuelle, qu’est-ce qui représente le plus gros danger pour l’ordre public ? Si l’on en croit leur présence soutenue autour des rassemblements, ce sont bien les indignés qui sont au cœur de l’attention des CRS…

Pour la journée internationale des indignés, Madrid a fait le plein avec entre 35.000 et 40.000 personnes défilant et, pour reprendre les mots de « acampada Madrid », « envahissant la rue ». Ils ont donc pris la rue : pour échanger, parler, ne pas rester invisibles comme dans les médias espagnols. Oui, la plupart des télévisions espagnoles ne parlent que des indignés français ou grecs…

Lire la suite

Le rassemblement pacifique des indignés de Paris se solde par 180 arrestations

A l’occasion de la journée mondiale de mobilisation du 19 juin, une marche a été organisée à Paris par le mouvement des Indignés. Environ 500 personnes ont pris les rues du centre ville durant trois heures. L’action, autorisée par la préfecture, s’est déroulée dans une ambiance conviviale sous une stricte surveillance policière. Les indignés ont fini leur parcours dans une rue proche de l´Hôtel de ville faute d’autorisation de se réunir sur le parvis.

Entourés par la police, les indignés ont partagé un pique-nique jusqu’à 15h.

Face à l´impossibilité de tenir l´Assemblée Générale du mouvement prévue à cette heure, les indignés se sont déplacés sur le parvis de Notre Dame. Quelques instants plus tard, les CRS et la garde mobile ont encerclé les indignés, ont mis en place un cordon policier et coupé l´accès à la place aux touristes et aux indignés restés en dehors.

Lire la suite

%d blogueurs aiment cette page :