Le cahier des doléances des Indignés du Calvados

Les doléances sont des requêtes adressées par un tiers à un « corps d’autorité » pour faire des remarques, exprimer un souhait, apporter des éléments de solutions à une situation particulière ou à un problème global. A partir d’expériences personnelles et collectives, à l’égard du juste et de l’injuste par exemple, tentons de traduire par nos doléances l’expression concrète de notre recherche de liberté et de notre volonté d’être réellement associés à part entière à la vie démocratique de nos cités, nos pays, notre département, notre région…

Ce cahier est ouvert à toute personne, qu’elle soit active au sein du mouvement des indignés ou pas. La forme de la doléance est libre.

A chaque moment de la vie publique, à partir des doléances que vous aurez formulées, le mouvement calvadosien des indignés adressera une lettre ouverte aux acteurs concernés et la rendra publique par voie de presse. Il s’agira d’un document de synthèse qui pourra être accompagné d’annexes techniques si il est possible de le faire.

A chacune de ces occasions, une ou plusieurs personnes seront désignées en assemblée générale afin de réaliser le travail de rédaction. Il sera libre à ceux qui voudraient présenter des observations ou des instructions en vue de cette assemblée, de les déposer ici. Elles seront remises aux personnes chargées de la rédaction des lettres ouvertes. Le groupe de travail aura à soumettre à l’assemblée un projet pour compléments/corrections éventuels et validations.

La première de ces Lettres ouvertes concerne les législatives de juin 2012. Les doléances qui seront prises en compte pour cette dernière devront être postées avant le jeudi 31 mai 2012 minuit.

Pour envoyer une doléance, servez-vous du formulaire des commentaire ci-dessous.

  1. Problème : ils ne font pas ce pourquoi ils ont été élus. Solution : définir un pourcentage d’électeurs pouvant appeler les élus concernés à se retirer des sièges qu’ils occupent (révocabilité).

  2. Ce qui suit est issu d’un travail collectif :
    http://piratepad.net/ep/pad/view/ro.FMyXeOwnYdb/latest

    Introduction philosophique, Question du comment vivre? à laquelle la touche de chacun est nécessairement la bienvenue ;

    De là l’émergence d’une base commune à nos intérêts, que j’aime à concevoir sous l’apparence d’une éthique morale, dont l’essence émane des écrits ci-dessus :
    Que revendiquons-nous?

    La nécessité, je le pense :

    D’une ré-évalutation de tout un monde, de l’individu et ses droits inaliénables au collectif dans tout son ensemble, incluant le vivant et les ressources terrestres (chiffrables comme renouvelables) communes nécessaires au bien-être de la société humaine et à sa pérennité.

    De l’émergence d’une organisation sociétale horizontale en laquelle, chacun se verra le droit (et le devoir..) de participer directement aux décisions engageant sa personne physique comme morale : gestion locale de l’exercice du Pouvoir (au sens éthymologique);

    Que chaque citoyen puisse, en tout canton, connaître l’état de la recherche scientifique, de la production industrielle, des activités militaires et de l’exercice du pouvoir (*), et qu’ainsi il puisse débattre et rendre jugement de son degré de cohérence avec la Charte du Vivant.

    D’un droit à chacun de se prévaloir de la souveraineté qu’il lui plaira, au moyen d’autogestions locales autonomes sur tous les plans, à travers la reconnaissance unanime du droit à chacun à convenir de ses propres droits sous réserve du respect d’une constitution nationale faisant prévaloir le droit du vivant, l’impératif du respect de la liberté individuelle et collective et s’inscrivant directement dans la lignée de notre base éthique et morale commune.

    D’un droit à chacun de se garnir et d’exercer des conventions qu’il lui plaira : anarchisme strict, pas de structure prédéfinie autre que le respect de la constitution éthique et morale dominant la vie des Hommes s’inscrivant pleinement dans le principe de dignité (si pour vous c’est vague, le droit de vivre par exemple sans argent, sans montre ni horaire, sans voiture ni chaussures et sans qu’aucun argument de type moral ou économique ne vienne nous y obliger ****).

    De la reconnaissance d’une perception nouvelle des richesses autre que matérielle (et monétaire et financière*) leur prévalant (culturelle, sanitaire et sociale, …*), amenée par le développement humain et le travail dans ces domaines (éducation, médecine populaire, arts et techniques, …*)

    Du dressement d’un état des besoins vitaux humains, écologiques et moraux (*); ainsi que de cerner le plus gros des aspirations qui sont les notres : paix, équité, liberté, fraternité; … * (liste non exhaustive, loin s’en faut)

    D’une Justice sous le signe d’une constitution éthique et morale commune; et de son exercice et son application par tous en tout lieu et en tout temps!

    (Avec si peu de Lois, les notions de Respect et de Justice doivent se trouver au coeur de chacun des citoyens de ce NOUVEAU MONDE INDIGNÉ.
    Au coeur de chacun des citoyens, la justice s’exerce par prévention et non par répression : que chacun ait à coeur de veiller à ce que son prochain ne dépasse ni le cadre des libertés individuelles, ni le cadre des libertés collectives)

    De même, les citoyens doivent avoir à coeur de veiller à la santé de leur prochain et d’appliquer en permanence un contrôle social de l’usage ou du non-usage de la modération (drogues, … *), ainsi que de tous les abus (qu’ils soient répréhensibles ou simplement déméritants, déshéritants ou dégradants sur le plan de la cohésion et de l’intégrité sociale) tels que l’aliénation par autrui, l’utilisation à des fins personnelles et/ou lucratives des sentiments tels que la foi et la compassion, … *

    D’une redéfinition donc :

    _du statut juridique de l’individu, de l’animal voire des espèces, du végétal, du ménage, de l’entreprenariat et de l’entreprise qu’elle soit commune ou privée, locale ou nationale (tout ceci reste à fixer).
    _ et du lien qu’entretiennent chacun de ces acteurs entre eux (Homme/Homme* ; Homme/animal; Homme/végétal; Société/Ressources disponibles, Homme/société)

    (*les liens entre Hommes étant les plus fastidieux à élaborer, ils seront développés plus bas, ou je le pense, lors de discussions ultérieures)

    Considérant maintenant, un hypothétique canton dont le pouvoir serait aux mains d’indignés ayant pris pleinement part aux idées communes citées ci dessus :

    il semblerait que l’essence de ses lois se constituerait :

    – du droit à chacun de vivre dignement, par la condition minimale du versement d’un revenue de vie de la part de toute société à l’individu (excluant de fait tout communautarisme n’assurant pas à ses membres/sociétaires de quoi vivre dignement)

    – de la considération que toute création de richesse ne peut être possédée à titre individuel, la richesse sous toutes ses formes étant propriété du Vivant et devant être équitablement répartie
    – de la conception coopérative de l’entreprise, sur la base d’une démocratie participative en son sein, ainsi que récréative plutôt que productiviste

    – de l’abolition des brevets déposés sur le Vivant (biogénétique)
    (le droit de planter bio et sans franchise vous intéresse?)
    – d’une transition écologique en matière de besoin énergétique, de traîtement des sols, d’utilisation de produits polluants et de recyclage des déchets non organiques
    – de la légalisation de certaines drogues après débat, bien qu’accompagnée d’un encadrement éducatif et sanitaire strict jusqu’à dans leur consommation (héroïne : ex. des pays-bas)
    – d’un appareil post-judiciaire visant à aider à une meilleure réinsertion des ex-détenus
    – de la stricte condition, d’une indépendance de la médecine de toute conception économique lucrative garantissant toujours l’accès aux meilleurs soins à tous
    _politique de primauté du produit local visant à réduire transport, emballages et conservateurs
    – création d’une monnaie locale
    gestion de la production d’énergie par le biais d’alternatives écologiquement durables…

  3. Les doléances des Indignés peuvent-elles être utilisées comme les revendications auprès des candidats aux législatives?

  4. Ok, tant mieux, j’adore vraiment le boulot qu’on a fait l’autre soir pour ce texte donc ça fait plaisir que ça puisse partir aux candidats !

  5. Interdiction de toute forme de cumul de mandat, y compris dans le temps : une homme, une femme = un mandant non renouvelable.

  6. Rémunération égale pour tous les élus dont le mandat exige l’équivalent d’un temps plein à hauteur du salaire médian français, soit 1 653 euros net (chiffre 2011).

  7. Suppression de la bourse de toutes les denrées alimentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :