Madrid, cité indignée


Madrid, cité indignée » est un web-documentaire qui nous emmène à la rencontre des indignés espagnols, dans la ville qui les a vus naître. Madrid, une capitale en crise, révoltée, turbulente. Madrid, une ville où les indignés ont donné naissance à une nouvelle forme d’action collective et réinventent, jour après jour, la démocratie.

La crise. Des dirigeants politiques de ce monde aux simples badauds, le mot a été, est et sera pour quelques années encore sur toutes les lèvres. Crise systémique, crise économique, crise sociale, crise sociétale, crise mondiale. Nul adjectif ne semble proscrit pour qualifier le bouleversement que connaît le monde aujourd’hui.

Face à cette récession, un mouvement social d’un nouveau genre est né en Espagne le 15 mai 2011, avant de se propager aux quatre coins du monde. Un mouvement citoyen, horizontal, spontané, pacifique. Un mouvement que les médias ont vite fait de réduire au terme globalisant et réducteur d’« indignés ». Une étiquette facile à retenir certes, mais vidée de tout sens. Paradoxal pour un mouvement aussi riche, hétérogène et qui se refuse à être réduit à un parti politique, une idéologie, ou une classe sociale. Dommageable aussi car ce mouvement explore de nouvelles voies démocratiques et formule des propositions concrètes pour un changement de paradigme économique et social. Mais que savons-nous vraiment de ces voies nouvelles dessinées par les indignés ?

Réinvention de la démocratie participative, nouvelle forme de mobilisation sociale et d’activisme face à un contexte de crise, les expérimentations collectives initiées en Espagne sont bien concrètes. Et elles sont autant d’embryons de solutions face à un système démocratique et économique en mal de renouvellement, pour ne pas dire en panne sèche.

Prendre du recul, en interrogeant des sociologues, des historiens, des politiques pour comprendre comment cette mobilisation a réinventé l’idée de démocratie participative ; prendre du temps pour rencontrer les acteurs de ce mouvement, comprendre leurs motivations, leurs objectifs, leurs visions de l’avenir, tel est l’objectif de ce projet. Dans un monde de plus à plus zappeur, avare de son temps, et face à des médias toujours plus boulimique de nouveauté et d’actualités fraîches.

Pour prendre la pleine mesure de ce mouvement social inédit, fermement ancré dans le XXIe siècle, et questionner en profondeur son ADN, il nous importe de le resituer dans son foyer originel, Madrid. Aujourd’hui considérée comme un laboratoire de nouvelles pratiques militantes, la capitale espagnole est l’épicentre de la mobilisation indignée planétaire. Elle est aussi le lieu d’un réinvestissement de l’espace public par les citoyens, l’endroit où s’imaginent aujourd’hui de nouveaux chemins pour nos sociétés occidentales.

Les principes expérimentaux qui guident notre écriture répondent également à la nature même de cette mobilisation : pluralité des contenus et des formes de récit, à l’image de la pluralité des membres qui composent le mouvement et des formes d’actions à l’œuvre ; délinéarisation du récit par trois types de narration matérialisés sur une carte de Madrid par trois parcours, donnant écho à un espace public réinvesti par les citoyens, navigation à la carte, en réponse à un militantisme plus distancié et plus volatile, interactivité et participation de l’internaute, cœur même de la mobilisation du 15 mai.

Madrid, citée indignée, se veut une plongée au cœur d’une nouvelle expérience démocratique et militante. Proche des citoyens qui font vivre la mobilisation, humain et incarné, ce web-documentaire se veut également analytique et réflexif, au croisement du documentaire d’auteur et du travail journalistique. Car comprendre ce qui a germé à Madrid est selon nous loin d’être anecdotique ou accessoire. Le mouvement des indignés est incontestablement un signe de notre temps. Le décrypter, c’est non seulement mieux appréhender notre époque mais c’est aussi et surtout, pouvoir imaginer de nouveaux futurs. Ouvrir grand le champs des possibles. Tourner le dos à la fatalité et goûter à nouveau au plaisir de la politique, de la vie collective.

Un premier parcours « Réinventer la démocratie » – matérialisé sur la carte et rythmé par plusieurs étapes – nous aidera à comprendre les nouvelles formes de démocratie et de militantisme expérimentées par les indignés : assemblées générales, gestuelles lors des réunions, élaboration de propositions de lois, utilisation des réseaux sociaux et d’Internet, concept de « démocratie 4.0 », contributions des cyber-activistes au mouvement, rapports avec les élus etc. Ce parcours, de couleur journalistique, sera constitué de plusieurs « reportages » mais formera un film unitaire d’une vingtaine de minutes. Nous solliciterons les acteurs du mouvement indignés mais également des sociologues, des historiens, des intellectuels qui apporteront leur analyse et le recul nécessaire à la compréhension du phénomène indigné et de la démocratie qu’ils sont en train de réinventer. Ce parcours prendra comme toile de fonds des lieux emblématiques de la mobilisation 15M (Puerta del Sol, Parque del retiro, Plaza Cibeles, locaux de l’organisation Democracia Real Ya) et de la ville de Madrid.

Le second parcours, « Indignés face à la crise », se voudra davantage tourné en séquences. Il s’attachera à traiter toute une série de problématiques (logement, éducation, services publics, emploi, régulation bancaire) fortement frappées par la crise économique et la politique de rigueur du gouvernement espagnol. Nous verrons comment les indignés répondent, par l’action, à tous ces périls. Ce parcours sera constitué de séquences « live », où chaque problématique sera abordée par un court-métrage, indépendant des autres. Contrairement au recul et à la distance nécessaire au travail d’analyse et de commentaire du premier parcours, nous serons ici dans une forme de cinéma direct, au plus proche des indignés en action. Entre autres choses, nous suivrons des indignés lors d’opérations contre les expulsions de locataires ou de propriétaires endettés, d’occupations de banques ou d’actes de désobéissance civile pour réclamer la gratuité des transports en commun ou ouvrir un squat.

Enfin, le troisième et dernier parcours – « Visages de l’indignation » – sera consacré aux portraits d’indignés. Très photographique, il nous conduira à travers la ville à la rencontre d’acteurs du mouvement, de tous âges et situations. Nous chercherons ici des moments de confession, d’intimité. Nous filmerons nos personnages dans leur cadre de vie habituel. Chez eux, sur leur lieu de travail, dans leur bar préféré… Avec chacun d’eux, nous réaliserons une interview pendant laquelle nous les interrogerons sur toute une série de thèmes (« Ma vision de la démocratie », « Mon premier engagement en politique », « Le souvenir le plus fort que j’ai du mouvement du 15M », etc) à la manière du questionnaire de Proust. Les spectateurs pourront accéder à chaque réponse, en cliquant sur des mots clés situés à côté de la vidéo. Ils pourront également visionner l’entretien de façon classique, linéaire. Ces portraits, de courtes durées (5 minutes environ), prendront la forme d’une vidéo, ou au choix de l’internaute, de portraits photographiques sonores.

Enfin, nous souhaitons donner à ce projet une dimension participative. Quoi de plus naturel, après tout, quand on se préoccupe d’un mouvement qui prône lui-même la démocratie directe, participative. Cette partie « 2.0 » du web-documentaire, intitulée « Indignez-vous », permettra à des réalisateurs italiens, grecs, américains, etc, avec lesquels nous sommes en contact de réaliser des films sur des mouvements locaux et de les rendre accessible sur notre site. Les visiteurs et indignés pourront également déposer des témoignages et commentaires. Cette ouverture vers l’internationalisation du phénomène sera matérialisé par une carte du monde avec la possibilité de cliquer sur les différents sujets placés sur la carte.

Source.

Publicités

À propos de Réelle Démocratie Calvados

Le monde bouge et nous ? Chaque jour le peuple lutte en occupant les places publiques,que se soit à Madrid, Athènes, Paris, Rennes, Nantes, en Angleterre, aux États Unis d’Amérique, et depuis le mois de juin 2011 dans le calvados (Bayeux, Caen, Lisieux, Vire)… Si vous n’en pouvez plus d’alimenter un système où l’argent règne, où l’économie prime sur les valeurs humaines, un système basé sur la consommation à outrance qui détruit la planète, rejoignez-nous ! Les médias, à la botte de l’état, nous inondent d’un flux de pubs et d’inculture qui nous abrutissent et nous privent de toute volonté d’avancer, d’être, de rêver, d’agir… Ce système creuse à outrance les écarts entre les riches et les pauvres, privatise et engraisse une nouvelle aristocratie qui se pense intouchable. Ces élites nous exploitent, nous maltraitent. Leur cupidité et leur bêtise font (les) lois. Alors rejoignons toujours plus nombreux le mouvement ! Montrons notre indignation nuit et jour en allant occuper la place publique de Caen ou d’autres villes du Calvados. Discutons, échangeons, dansons, chantons, campons, partageons, expérimentons un nouveau mode de vie alternatif tous ensemble !

Publié le 06/05/2012, dans Le mouvement dans le monde, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :