Un après-midi avec les indignés – Feuille 1

13h26 – Départ de Lisieux direction Caen. J’installe ma bicyclette et m’assois sur la malle métallique, bleu écaillé, posée sous les porte-vélos. Quelques personnes traversèrent la plate-forme durant le trajet entre-coupant la plongée dans l’ennui au cours de laquelle je somnolais.

14h environ – Terminus du train ; tout le monde descend, les marche-pieds, les escaliers. Nous voilà, la bicyclette et moi, le long des murs blancs de la gare. Nous partons par la droite, passons sous le pont ferroviaire, enjambons l’Orne, fonçons sur le trottoir le long du boulevard du Six juin.

Une hésitation. Je vois une agence CIC ; je freine. La rue perpendiculaire n’est pas celle de Pierre le Saint mais celle de Jean l’aristocrate. Un tramway passe son chemin. Nous reprenons par la voie pétitionne notre périple dans cette ville qui ne nous est pas familière. Un coup d’œil à gauche ; pourquoi les plaques de la voirie publique ne sont-elles pas scellées aux murs ?

14h11 – Une agence bancaire, une papeterie ; nous sommes arrivés au point de rendez-vous ; personne. Justes des gens, des pigeons, des nuages, un manège qui tourne sans chanson à chercher des enfants joyeux. Je pose mon vélo, prends quelques photographies, retourne au deux-roues et me rapproche de nouveau vers le point de rendez-vous.

Toujours personne. Justes des gens, des pigeons, des nuages ; un peu plus nombreux. Un manège qui poursuit sa ronde monotone, sans rire d’enfants. Un accordéoniste des rues fredonne l’espoir d’un retour à des jours meilleurs, sans mordante conviction. Assis sur un banc.

De temps en temps il se lève, décrit avec son instrument des mouvements ; dans l’indifférence ils dansent une valse des tons beaux. Des pigeons piquent des nuages, sages pour l’heure. Des gens papillonnent autour du manège, abordés discrètement par l’ombre de murs anciens ; eux non plus ne se soucient d’entendre des rires, défunts.

14h30 environ…

28 janvier 2012 – D.

Publicités

À propos de Réelle Démocratie Calvados

Le monde bouge et nous ? Chaque jour le peuple lutte en occupant les places publiques,que se soit à Madrid, Athènes, Paris, Rennes, Nantes, en Angleterre, aux États Unis d’Amérique, et depuis le mois de juin 2011 dans le calvados (Bayeux, Caen, Lisieux, Vire)… Si vous n’en pouvez plus d’alimenter un système où l’argent règne, où l’économie prime sur les valeurs humaines, un système basé sur la consommation à outrance qui détruit la planète, rejoignez-nous ! Les médias, à la botte de l’état, nous inondent d’un flux de pubs et d’inculture qui nous abrutissent et nous privent de toute volonté d’avancer, d’être, de rêver, d’agir… Ce système creuse à outrance les écarts entre les riches et les pauvres, privatise et engraisse une nouvelle aristocratie qui se pense intouchable. Ces élites nous exploitent, nous maltraitent. Leur cupidité et leur bêtise font (les) lois. Alors rejoignons toujours plus nombreux le mouvement ! Montrons notre indignation nuit et jour en allant occuper la place publique de Caen ou d’autres villes du Calvados. Discutons, échangeons, dansons, chantons, campons, partageons, expérimentons un nouveau mode de vie alternatif tous ensemble !

Publié le 07/02/2012, dans Témoignages d'indignés, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. Magnifique ce texte Dan .. style légèrement poétique .. comme la vie ! .. Super !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :